o’ Mascareignes – Demoiselles et Libellules des îles Mascareignes

Par pays

Voir aussi : île de La Réunion

Timbre commémoratif de l’accostage à Maurice en 1598 par les hollandais (1998), une île dédiée à Maurits van Nassau (1567-1625)

Les Mascareignes sont un archipel de l’Océan Indien situé à près de 1000 km à l’est de Madagascar. Les îles correspondantes sont associées géologiquement au point chaud de l’Océan Indien actuellement situé au niveau de La Réunion (Piton de la Fournaise) qui forme un plateau érodé sur lequel se disposent les îles de nature géologique finalement diverse. Il est principalement formé de l’île de La Réunion (France Outre Mer), de l’île Maurice (avec l’archipel d’Agaléga et les écueils des Cargados Carajos) et appartenant à la république de Maurice, de l’île Rodrigues. L’atoll de Diego Garcia est une base militaire américaine sous administration britannique et revendiquée par Maurice.

Pedro de Mascarenhas (illustration de 1674) Vice-roi de Goa, Inde Portugaise de 1554 à 1555

Leur nom est issu du navigateur portugais Pedro de Mascarenhas (~1484-1555) qui en inaugura la visite en avril 1512. Quant à son l’île Rodrigues elle est nommée selon son contemporain Diogo Rodrigues de Azevedo (~1500-1557) qui avait dédié à son compatriote le nom d’archipel des Mascareignes.

Solitaire de Rodrigues1

L’ensemble forme une écorégion particulière par son fort endémisme insulaire dont une partie de la faune et de la flore originale a été exterminée très rapidement par les premiers colons. L’installation humaine est tardive puisqu’elle est associée à la colonisation hollandaise de Maurice dès 1598, soit presqu’un siècle après la découverte de l’archipel des Mascareignes par les portugais. Une demi-siècle supplémentaire suivra avant les premières installations régulières à La Réunion qui ne datent que de 1660. Quant à Rodrigues, l’île n’est occupée de manière plus ou moins définitive qu’à partir de 1725.

Falaise de Calcarénite, une roche formée par la consolidation de sables calcaires, à Rodrigues
©© bysa – B.Navez – Wikimedia commons
Les Mascareignes
La Réunion, Maurice, Rodrigues et récifs voisins
Certains ajoutent parfois Madagascar et les Seychelles

Liste des espèces des îles Mascareignes – o’ Mascareignes

Africallagma glaucum – Anax ephippiger – Agriocnemis exilis – Anax guttatus – Anax imperator – Anax tristis – Ceriagrion glabrum – Coenagriocnemis insularis2 – Coenagriocnemis reuniensis – Coenagriocnemis rufipes – Diplacodes lefebvrei – Gynacantha bispina – (Hemianax ephippiger) – Hemicordulia asiatica [A confirmer !] – Hemicordulia atrovirens – Ischnura senegalensis – Macrodiplax cora – Orthetrum brachiale [A confirmer !] – Orthetrum julia [A confirmer !] – Orthetrum stemmale – Pantala flavescens – Pseudagrion punctum – Pseudagrion sublacteum [A confirmer !] – Rhyothemis semihyalina – Sympetrum fonscolombei – Thalassothemis marchali – Tholymis tillarga – Tramea basilaris – Tramea limbata – Trithemis annulata – (Trithemis haematina)3 – Urothemis edwardsii – Zygonyx torridus – Zyxomma petiolatum

Les espèces suivantes bien que citées dans une des îles Mascareignes sont en l’état actuel de nos recherches bibliographiques et naturalistes, à confirmer [A confirmer !] : Hemicordulia asiatica, Orthetrum brachiale, Orthetrum julia, Pseudagrion sublacteum et Rhyothemis semihyalina.

Thalassothemis marchali – île Maurice le 11 décembre 2014
©© Gail Hampshire – Wikimedia commons

Synthèses principales, documents historiques et références citées

  • de Selys Longchamps E. 1869 – Odonates recueillis à Madagascar, aux îles Mascareignes et Comores. – In Recherches sur la faune de Madagascar. (5e partie).
  • de Selys Longchamps E. 1872 – Note sur plusieurs Odonates de Madagascar et des îles Mascareignes. – Revue Magasin Zoologie, 23 : 175-183.
  • Jacquemin G. 1988 – Dragonfly collected in La Réunion, the Mascarene islands. – Notul. Odonatol., 3 (1) : 14.
  • Couteyen S. & Papazian M. 2002 – Les Odonates de La Réunion. Eléments de biogéographie et de biologie, atlas préliminaire, reconnaissance des espèces, synthèse bibliographique. – Martinia, 18 (3) : 70-106.
  • Couteyen S. 2009 – Biogéographie et spéciation des Odonates de l’île de la Réunion. – Annls de la Soc. Entom. de France, 45 (1) : 83-91. – PDF LINK
  • Martiré D. 2010 – Les Libellules et Éphémères de la Réunion. – Parthénope, Mèze.
  • Máiz-Tomé L., Sayer C. & Darwall W. (ed.) 2018 – The status and distribution of freshwater biodiversity in Madagascar and the Indian Ocean islands hotspot. – Gland, Switzerland: IUCN : viii+128 pp.
  • Deliry C. 2019 – Trithemis haematina, une bonne espèce. – Nomina Odonata, 20 janvier 2019. – PDF

Liens Internets

→ Libellules et Papillons de La Réunion (FaceBook) ➚Papillons et libellules de l’Ile Maurice et des Mascareignes (FaceBook) ➚

Page préparée le 3 avril 2024 par Cyrille Deliry


  1. Le Solitaire de Rodrigues (Pezophaps solitaria) est un Colombidé aptère, de l’île Rodrigues. Cette espèce décrite scientifiquement en 1761 s’est éteinte en 1778 ! ↩︎
  2. Cette espèce est décrite sous Agrion [?] insulare de Selys Longchamps, 1872, présente sur l’île Maurice et à La Réunion. Elle avait été introduite sans description un peu plus tôt sous Agrion insulare de Selys Longchamps, 1869 (nomen nudum) (elle serait selon la première source, aussi, sans description, dans un article de l’auteur intitulé Voyage de Pollen paru en 1869). Máiz-Tomé & al. (2018) la considère comme En Danger (EN) sur le secteur de Madagascar-Océan Indien.  M.Yerokine précise (com. pers.) néanmoins que le Coenagriocnemis insularis ne se trouve en définitive qu’à l’île Maurice. ↩︎
  3. À La Réunion, notamment c’est la sous-espèces Trithemis annulata haematina qui est présente en définitive. C.Deliry (com. pers.) pense avec d’autres qu’il s’agit d’une bonne espèce en raison de divergences morphologiques avec le type significatives. Deliry (2019) rassemble quelques éléments en faveur de cette option. ↩︎