25 mai 2024 – 30 ans de la Réserve Naturelle du Grand Lemps (Isère)

Isère

La lumière intense de cette journée ensoleillée n’a pas permis à tous de bien voir la présentation en images faite par Cyrille Deliry (La Selysienne), alors on a causé. Diffusion du n°2 du feuillet o’ Point.
Le Groupe Sympetrum ➚ venu en soutien a diffusé quelques ouvrages sur les Odonates de la région (Ardèche, Loire, Drôme…). – Photo ©© byncsa – Jean-Michel Faton

Le document suivant a été présenté par Cyrille Deliry (Président de La Selysienne) dans le cadre du programme anniversaire des 30 ans de la Réserve Naturelle de la Tourbière du Grand Lemps (Isère) dans l’après-midi du 25 mai 2024.

La Tourbière du Grand Lemps en Isère est une exceptionnelle mosaïque de micro-habitats où en quelques centimètres on passe de la tourbière alcaline aux buttes acides de sphaignes abritant des Rossolis (Drosera). La carte de la végétation en couleur en haut à droite symbolise ici cette mosaïque remarquable. Libellules et mosaïques sont présentées par Cyrille Deliry venu exprès du Poitou et qui a préparé ces documents.
On soulignera l’importance de la thèse de B.Vincent réalisée en 1974 et côté Odonates, ma présentation tels qu’on les connaissait à l’époque en 1988 au Congrès du Groupe d’Étude des Tourbières qui se tenait alors à Grenoble. Dans la foulée le GRPLS sous la plume de son président David Loose avait rédigé le n°3 de la collection des Dossiers Rouges rappelé ci-dessous. En 1971 les communes avaient déjà demandé la protection du site.
Marais du Grand Lemps, en 1988, revu dans sa qualité de Tourbière ultérieurement, ce site a été l’objet de l’édition successive de quatre version de son Dossier Rouge par le GRPLS dont la plus récente date des années 2010.
La diversité des habitats en mosaïque de la Tourbière du Grand Lemps a été présentée dès 1988 par Cyrille Deliry lors du congrès du GET qui s’est tenu à Grenoble en juin et juillet.
David Loose alors président du GRPLS mobilise les acteurs du Groupe d’Étude des Tourbières afin qu’ils rédigent un motion spéciale en 1988 pour relancer la procédure de protection de ce site exceptionnel.
En 1988 nous connaissions plus d’espèces de Libellules sur le petit site du Grand Lemps que sur le vaste Marais de Lavours dans l’Ain, alors que ce dernier était déjà considéré comme une Réserve Naturelle. Il a fallu encore quelques années d’action de diverses structures naturalistes et des acteurs locaux pour que la Réserve du Grand Lemps naisse en décembre 1993.
On trouve dans la thèse de B.Vincent de 1974 la première citation du Sympétrum noir qui se trouve ici en situation abyssale. Les dernières mentions datent de 2017, mais il faut beaucoup d’attention pour repérer cette espèce et la visite du site est réservée aux observateurs expressément autorisée. Le suivi d’ensemble est réalisé principalement par l’équipe de la Réserve Naturelle depuis 1993 et en particulier par Grégory Maillet qui en est le conservateur.
Photo du Sympétrum noir avec le partage autorisé par Paul Ritchie (©© byncsa)
On trouve au Grand Lemps divers Agrions, comme Coenagrion puella, Coenagrion pulchellum et depuis longtemps Coenagrion scitulum. Ce dernier en expansion est désormais plus régulier sur d’autres sites du département mais dans les années 1980, il s’agissait d’une des rares stations de l’Isère. Ici, Coenagrion pulchellum en net déclin dans la région et en France, vient parfois ressembler à Coenagrion puella et inversement. Nous avons de longue date découvert cette originalité si bien que les déterminations ne sont finalisées que par des détails importants.
Photo de l’Agrion exclamatif avec le partage autorisé par Paul Ritchie (©© byncsa)
Elle est présente ici, au printemps, et montre la qualité évoluée de la grande qualité de la roselière qui a su abriter des ardéidés aussi rares que le Grand Butor, qui continu de venir en hiver, le Blongios nain ou le Héron pourpré. Le Busard des roseaux fréquentait aussi les lieux.
Photo de l’Æschne printanière avec le partage autorisé par Paul Ritchie (©© byncsa)
Sur cette image vous avez les regards “authentiques” des 51 espèces d’Odonates qui ont été vus au moins une fois sur le Grand Lemps. Les portraits ont été réalisés par J.L.Hentz et sont empruntés au Guide photographique des Libellules de France réédité en 2012 et désormais disponible en téléchargement en ligne
o’ Point n°2 – Tourbière du Grand Lemps avec 51 espèces
Trois espèces viennent valoriser les connaissances sur les Demoiselles et Libellules de la Réserve Naturelle du Grand Lemps
Affiche du programme anniversaire des 30 ans de la Tourbière du Grand Lemps

Sites Internet La Réserve Naturelle du Grand Lemps a 30 ans (GRPLS)