Oxygastra curtisii (Dale, 1834)


Espèces de France métropolitaine, Oxygastra, Oxygastra curtisii / dimanche, juin 14th, 2020

Cordulie à corps fin

NT 2001 Biosphère – LC 2009 Bassin méditerranéen – NT 2010 Europe – LC 2016 (VU 2009) France

Espèce atlanto-méditerranée et des secteurs périphériques. Elle est très localement au Maroc et se trouve principalement dans la péninsule Ibérique, la France atlantique et méridionale ainsi que sur une partie de l’Italie. Elle atteint localement le nord de la France, le Luxembourg, la Belgique et l’ouest de l’Allemagne. Disparue de Grande Bretagne et du Pays Bas.

Vit dans les eaux peu courantes ainsi qu’au niveau de certains plans d’eau, y compris des gravières aux berges battues par les vagues ou quelques étangs. Le rivage de ses stations est souvent ombragé. Les larves se tiennent sur un substrat sablo-limoneux, parfois plus grossier, couvert de débrits organiques ou dans les chevelus racinaires. Les lacs préalpins aux rives battues par les vagues sont occupés au niveau des trottoirs lacustres (Lacs d’Annecy, du Bourget, d’Aiguebelette notamment). Elle ne dépasse pas les 800 m d’altitude en France, et, approche cette valeur très ponctuellement. On la trouve souvent plus bas. Nous l’avons vu, l’espèce peut s’éloigner notablement de ses sites de reproduction en période de maturation et alors y retourner. On connaît dans l’Ain des éloignements de plusieurs dizaines de kilomètres pour cette espèce.

Vole principalement de début mai à déut septembre, la période des émergences s’arrêtant vers la mi juillet. La maturation dure une dizaine de jours. On trouve alors des individus sur des milieux terrestres, souvent arbustifs, ou sur des lisières souvent éloignés des gîtes larvaires. Les pontes sont effectuées entre mi juin et fin août. Le développement larvaire est de 2-3 ans.

PNAO (2011-2015) – On la trouve plus volontiers dans le sud du pays, mais elle atteint le Bassin parisien ainsi que très localement le nord de la France.

Alsace – Cette espèce est mal connue dans cette région et son statut reste incertain. Elle a été mentionnée pour la première fois en 1994 (Klein & Exiger 1995). Elle n’a pas été retrouvée dans cette région située en limite d’aire (Dupont 2010).

Champagne Ardenne – Cette espèce est l’objet d’une synthèse publiée par V.Ternois. [A préciser].

Lorraine – Espèce en limite d’aire dans la région (Dupont 2010).

Picardie – Espèce en limite d’aire de répartition dans cette région (Dupont 2010).

Références

  • Bal B. 1996 – Oxygastra curtisii au Roc de Chère : fin provisoire de l’énigme. – Sympetrum, 9 : 27-29.
  • Dupont P. (coord.) 2010 – Plan national d’action en faveur des Odonates 2011-2015. – OPIE/SfO, Min. de l’Ecologie : 170 pp. – PDF LINK
  • Herbrecht F. & Dommanget J.L. 2006 – Sur le développement larvaire d’Oxygastra curtisii (Dale, 1834- dans les eaux stagnantes (Odonata, Anisoptera, Corduliidae). – Martinia, 22 (2) : 89-94.
  • Ternois V. 2006 – Sur la présence d’Oxygastra curtisii (Dale, 1834) dans le Parc Naturel Régional de la Forêt d’Orient et le département de l’Aube (Odonata, Anisoptera, Corduliidae). – Martinia, 22 (3) : 99-107.
  • Ternois V., Lambert J.L. & Fradin E. 2008 – Oxygastra curtisii (Dale, 1834) en Champagne-Ardenne : premiers résultats du programme d’étude 2007-2009 (Odonata, Anisoptera, Corduliidae). – Martinia, 24 (3) : 75-87.