Libellula quadrimaculata Linnaeus, 1758


Espèces de France métropolitaine, Libellula, Libellula quadrimaculata / mardi, juillet 21st, 2020

Libellule à quatre taches [Latreille 1805]

Une des espèces de Libellule les plus fréquentes de la planète (Cano-Villegas 2019). Espèce Holarctique, circumboréale, représentée depuis le Maroc et l’Europe jusqu’au cœur de l’Asie, puis de la Chine et du Japon au Kamtchatka et l’Amérique du Nord jusqu’au Québec (d’Aguilar & Dommanget 1998). Localement en augmentation en France, notamment en Rhône-Alpes (Deliry & al. 2014).

Linnaeus (1758) pense qu’elle est chez de Réaumur (1742 ; vol.VI, pl.35, fig.1, 2). La planche 35 de l’ouvrage de Réaumur (1742) comprends bien deux Libellula aux fig. 1 et 2, mais la première est en fait Libellula depressa (= Platetrum depressa) et la seconde ne comprends pas toutes les caractéristiques de Libellula quadrimaculata et s’approche en définitive plus volontiers de Libellula fulva (=Eurothemis fulva) tant par la dimension des marques noires à la base des ailes que par l’absence de taches au niveau du nodus, néanmoins un doute persiste [1]. Elle est toutefois présentée de France, chez de la Chesnaye (1754), mais elle n’est pas nommée. Confirmée dans le pays vers Paris (Geoffroy 1762, de Fourcroy 1785), secteur où elle est plus rare [qu’en d’autres points d’Europe] (de Charpentier 1840). Risso (1826) la cite des Alpes Maritimes, Boyer de Fonscolombe (1837), de Provence et de Selys Longchamps (1850) ajoute les Hautes Pyrénées.

Ensemble de la France, sauf la Corse où l’espèce est accidentelle.

  • Boyer de Fonscolombe M. 1837 – Monographie des Libellulines des environs d’Aix. – Ann. de la Soc. Entomol. de France, 6 : 129-150.
  • Cano-Villegas F. 2019 – Primera cita de Libellula quadrimaculata Linnaeus, 1758 (Odonata: Libellulidae) de la provincia de Córdoba (Andalucía, sur de España). – Bol. de la Soc. Entomol. Aragonesa, 65 : 219-220. – PDF LINK
  • d’Aguilar J. & Dommanget J.L. 1998 – Guide des Libellules d’Europe et d’Afrique du Nord. – Del. & Niestl., Lausanne : 463 pp.
  • de Charpentier T. 1840 – Libellulinae europaeae. – Leopold Voss, Lipsiae.
  • de Fourcroy A.F. 1785 – Entomologia parisiensis. – Parisiis.
  • de La Chesnaye F.A. 1754 – Système naturel du règne animal. – Paris.
  • de Réaumur R.A. 1742 – Mémoire pour servir à l’histoire des Insectes. – Paris.
  • de Selys Longchamps E. 1850 – Revue des Odonates ou Libellules d’Europe. – Bruxelles, Paris.
  • Deliry C. & le Groupe Sympetrum 2014 – Liste Rouge des Odonates de Rhône-Alpes 2014. – Col. Concepts & Méthodes, Groupe Sympetrum, Histoires Naturelles, n°25.
  • Geoffroy M. 1762 – Histoire abrégée des Insectes qui se trouvent aux environs de Paris. – Durand, Paris.
  • Linnaeus C. 1758Systema naturae. 10e édition. – Holmiae.
  • Risso J. A. 1826 – Liste des principaux Insectes des Alpes Maritimes. In Histoire naturelle des principales productions de l’Europe méridionale et particulièrement de celles des environs de Nice et des Alpes Maritimes. – Levrault, Paris et Strasbourg, 5.

[1] – En effet de Réaumur (op.cit.) dit page 423 que « les ♀ de la grande espèce applati, qui sont jaunes, ont pourtant des ♂ jaunes, mais elles en ont aussi d’une belle couleur ardoisée » (référence à la fig.2). En conséquence ces éléments sont en faveur des deux stades de colorations (immature puis mature) des ♂ de Libellula depressa. En définitive ce travail de l’entomologue français ne concerne pas l’espèce quadrimaculata présentée ici. Nous avons examiné l’ensemble des autres planches et seules des larves pourraient correspondre (sous réserve d’examen amélioré).