Coenagrion caerulescens (Boyer de Fonscolombe, 1838)


Coenagrion, Coenagrion caerulescens, Espèces de France métropolitaine / samedi, juin 13th, 2020

Agrion turquoise [J.M.Faton 2017][A préciser]

syn. – Agrion bleuissant, Agrion à stigmas pointus [A préciser]

LC 2009 Bassin méditerranéen – NT 2010 Europe – EN 2016 France

Espèce ouest-méditerranéenne, présente en Afrique du Nord, où il semble s’agir de l’espèce la plus commune du genre (Jacquemin & Boudot 1999) et dans le sud-ouest de l’Europe depuis le Portugal à l’Italie, par le sud de la France.

Eau peu profonde, faiblement courante voire stagnantes pour partie de l’année, avec une riche végétation aquatique. Elle vit souvent en marge des lits de rivières remaniées par les crues. C’est une espèce aux caractéristiques pionnières, vivant sur des habitats renouvelés. On trouve en Ardèche des ruisseaux temporaires à écoulement très faible pendant la période estivale et pouvant s’assécher certaines années (Deliry 2008). Jusqu’à 1100 m d’altitude en France (Grand & Boudot 2006).

Vole de mi mai à fin août, émergences jusqu’à la fin juillet. Des adultes ont été observés le 11 septembre 1993 dans les Bouches-du-Rhône (Deliry 2008). Optimum de la période de ponte en juillet. Développement larvaire de durée inconnue, vraisemblament sur une année sur certains sites.

Ponte endophytique effectuée principalement en tandem, principalement dans les tiges creuses des hélophytes.

PNAO (2011-2015) [Agrion bleuissant] – Ce taxon nommé Agrion à stigmas pointus sur Faune France, a ses données masquées. Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d’Azur et le sud de Rhône-Alpes. En limite d’aire dans l’Aveyron, l’Ardèche, la Drôme et dans les Hautes-Alpes. Présente en Corse. Dans le pays diverses stations sont relativement isolées et éloignées les unes des autres. Des compétence de dispersion aliée aux capacités pionnières de l’espèce semblent compatibles avec une recolonisation possible de certaines stations.

Aquitaine – Citée dans les Pyrénées-Atlantiques, cette espèce n’y a pas été revue depuis plus de 30 ans (Grand & Boudot 2006).

Corse – Cette espèce indiquée en Corse ne présente pas d’autre observation récente que celle de 1999 (un seul mâle) réalisée vers Porto-Vecchio (Grand & Papazian), pas de contacts malgré des recherches de la Société française d’Odonatologie en 2008 et 2009. Elle a été revue depuis et a été découverte sur une station peu typique, mais ressemblant à quelques localités connues en Afrique du Nord, voire dans l’Aude, en grand nombre en 2019, sur la même localité que le site de reproduction de Paragomphus genei (C.Berquier, com.).

Provence Alpes Côte-d’Azur

  • Hautes-Alpes – Espèce En Danger (in Dupont 2010).

Références

  • Dommanget J.L. & Jolivet S. 2001 – Découverte d’une petite population de Coenagrion caerulescens (Fonscolombe, 1838) dans le département de l’Aveyron (Zygoptera, Coenagrionidae). – Martinia, 17 (3) : 88.
  • Dupont P. (coord.) 2010 – Plan national d’action en faveur des Odonates 2011-2015. – OPIE/SfO, Min. de l’Ecologie : 170 pp. – PDF LINK
  • Faton J.M. 2003 – Avancement de la prospection dans la Drôme et découverte de trois nouvelles espèces dans le département : Coenagrion caerulescens (Fonscolombe, 1838), Gomphus graslinii Rambur, 1842 et Hemianax ephippiger (Burmeister, 1839). – Martinia, 19 (2) : 61-64.