Plan National d’Actions en faveur des Odonates (PNAO)

Le séminaire de lancement du PNAO a eu lieu le 3 décembre 2010, l’étude des Maculinea a été couplé dans la présentation.

Le PNAO vise à acquérir des données quantitatives sur les espèces, améliorer l’état de conservation des Libellules et de leurs habitats et de communiquer sur le sujet. Il se base sur un réseau de l’ensemble des acteurs de l’odonatologie française et notamment selon les entités régionales.

Nombre d’espèces en France concernées par le PNAO n°1 : blanc : aucune – jaune : jusqu’à 2 espèces – orange : plus de 3 et jusqu’à 7 espèces ponctuellement

La France possède une responsabilité supérieure en matière de préservation et de sauvegarde des Odonates. En effet, selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le territoire français métropolitain recèle, avec près de 93 espèces, la plus grande richesse spécifique et l’un des plus fort taux d’endémisme d’Europe (8 espèces). De plus, la Liste rouge européenne a établi que 15% des libellules de notre continent sont actuellement menacées d’extinction. À l’échelle nationale, les travaux menés par la Société française d’Odonatologie (SfO) confirment cette tendance. La région Rhône-Alpes et désormais Auvergne Rhône-Alpes, est la plus riche en biodiversité odonatologique en France.

Le PNAO entre dans le contexte national de la politique des Plans nationaux d’action. Ils sont accompagnés par la stratégie nationale de la biodiversité (2004) et le Plan d’action Patrimoine naturel (2005), réaffirmés dans le cadre du Grenelle de l’environnement (2007). Le PNAO I a été lancé en fin d’année 2008 par le Ministère de l’Environnement et confié à l’OPIE où il est réalisé sous la coordination de P.Dupont et de la DREAL Nord-Pas-de-Calais (H.Perrier) et le Conservatoire Nord-Pas-de-Calais (C.Vanappelghem). X.Houard s’occupe des déclinaisons régionales du PNAO I.

Il se décline en deux grands objectifs (données quantitatives, améliorer l’état de conservation) selon trois axes :

  1. Améliorer les connaissances : inventaires qualitatifs et quantitatifs, définition de priorité régionales et planification.
  2. Agir pour la conservation : maintenir et améliorer l’état de conservation des espèces et habitats menacés : conservation et protection des sites.
  3. Informer et sensibiliser : par Internet, formations, sensibilisation du public.

18 espèces sont concernées : Aeshna caeruleaCoenagrion caerulescensCoenagrion lunulatumCoenagrion mercurialeCoenagrion ornatumGomphus flavipesGomphus grasliniiLestes macrostigmaLeucorrhinia albifronsLeucorrhinia caudalisLeucorrhinia pectoralisLindenia tetraphyllaMacromia splendensNehalennia speciosaOphiogomphus ceciliaOxygastra curtisiiSympecma paediscaSympetrum depressiusculum.

Etat d’avancement des déclinaisons régionale du Pnao en 2015

Références

  • Dupont P. 2009 – Plan national d’actions en faveur des Odonates. Document de travail (décembre 2009). – OPIE, MEEDD.
  • Dupont P. (coord.) 2010 – Plan national d’action en faveur des Odonates 2011-2015. – Opie/SfO, Min. de l’Ecologie : 170 pp. – PDF LINK
  • Houard X., Itrac-Bruneau R. & Sueur A. 2018 – Partage du bilan concernant le premier Plan national d’actions (PNA) en faveur des Odonates menacés (2010-2015). – Rev. sc. Bourgogne-Franche-Comté Nature, 27 : 149-164.

Leucorrhinia caudalis (de Charpentier, 1840)

Leucorrhine à large queue [olim]

syn. – Libellula triedra Müller, 1764 (nomen oblitum)

LC 2001 Biosphère – NT 2009 Bassin méditerranéen- NT 2010 Europe – LC 2016 (EN 2009) France

Berne (An.II) – Directive Habitats (An.IV) – Protégée en France

Espèce eurosibérienne. Elle est présente depuis la France à l’ouest de la Sibérie. En Europe occidentale ses populations sont très fragmentées.

Occupe des pièces d’eau bien exposés aux eaux claires, mésotrophes à légèrement eutrophes, souvent en ambiance forestière, néanmoins des sites à proximités de landes ou de pelouses sèches sont tout aussi favorables. Les eaux peuvent être échauffées en été et atteindre le 30°C. Les sites présentent en général un pente douce et sont couverts de Nénuphar blanc (Nymphaea alba). Des habitats à Characées sont aussi occupés comme en Isère, France, dans le Massif de Bonnevaux. La maturation se déroule dans des landes voisines ou au niveau de la canopée. C’est une espèce de basse d’altitude, ne passant pas les 850 m en France, et présente souvent nettement plus bas. Les déplacements de cette espèce sont mal synthétisés, on notera par exemple l’observation d’une individu dans la région lyonnaise éloigné de plusieurs dizaines de kilomètres des premières stations connues ou un autre dans le Grésivaudan isérois éloigné alors de près de 50 km des premières localités (C.Deliry, com.).

Vole de mi avril à mi juillet. Les émergences s’échelonnent de la mi avril à début juillet. Elles sont relativement synchronisée et ne durent que 4 semaines pour un site donné. La période de maturation, dont la durée est mal connue, est important chez cette Libellule. Développement larvaire sur une année.

PNAO (2011-2015) – Ses observations sont masquées sur Faune France.

Centre Val-de-Loire – Le PNR de la Brenne dans l’Indre, comprends parmi les plus importantes populations de France pour cette espèce. En conséquence il acquiert d’importantes responsabiités pour la conservation de l’espèce dans le pays.

Franche Comté – Cette Leucorrhine est l’objet d’un suivi engagé en 2010 par l’Opie Franche Comté. Il s’agit dans un premier temps de mettre à jour la répartition de l’espèce.

Pays de la Loire

  • Loire Atlantique (Piney 2020).

Rhône Alpes – Deliry (1997) démontre l’importance des habitats terrestres pour la conservation de Leucorrhinia caudalis sur la Réserve Naturelle de Mépieu en Isère.

Références

  • Deliry C. 1997 – Les Libellules (Odonata) du Grand Etang de Mépieu et sites annexes (annexe). – Dossier d’étude GRPLS: 14 pp.
  • Dupont P. (coord.) 2010 – Plan national d’action en faveur des Odonates 2011-2015. – Opie/SfO, Min. de l’Ecologie : 170 pp. – PDF LINK
  • Müller O.F. 1764Fauna insectorum Fridrichsdalina. – Hafnia & Lipsia.
  • Piney B. 2020 – Première mention de Leucorrhinia caudalis en Loire-Atlantique (Odonata : Libellulidae). – Martinia, 34 (1/2) (2019).

Plan Odonates en Poitou Charentes (2019)

Etude et recherches sur les Odonates des eaux courantes (milieux lotiques)
Il s’agit en 2019 de :

  • Poursuivre les recherches sur Stylurus flavipes, Gomphus graslinii, Ophiogomphus cecilia et Macromia splendens afin d’en améliorer les connaissances (action 1).
  • Poursuivre la gestion et l’animation d’une base de données documentaire sur le thème courant (action 3).

-> Détails sur Poitou-Charentes Nature

Ophiogomphus cecilia – ©© 0 [Public domain] – Wikimedia Commons

Ce sont 40 placettes exuvies qui ont été inventoriées sur la Sèvre niortaise. Une journée de formation à la détermination des exuvies est venue compléter cette démarche. 13 espèces d’Anisoptères ont été déterminées dont Gomphus gralisinii sur 5 placettes et Oxygastra curtisii sur la quasi totalité des placettes. Autant dire que cette dernière espèce est présente sur l’essentiel de la Sèvre niortaise prospectée. On a trouvé aussi d’autres espèces intéressantes : Aeshna mixta, Boyeria irene et Gomphus vulgatissimus.

On notera l’originalité de l’habitat pour Aeshna mixta qui est peu réputée fréquenter les eaux circulantes.

C’est le Gomphe gentil (Gomphus pulchellus) qui est l’espèce la plus présente selon cet inventaire.

D’après communiqué du 16 novembre 2019 rédigé par Ludovic Rolland (DSNE) – Faune Deux-Sèvres

©© bync – Luís Gordinho – iNaturalist – Exuvie en position rétroversée de Boyeria irene