Assemblée Générale constitutive

Compte-rendu de l’Assemblée Générale

Télécharger le Compte-rendu de l’AG constitutive (PDF)

Ordre du jour proposé

  • Tour d’horizon rapide pour se présenter
  • Proposition de Charte d’adhésion
  • Un nom pour l’association : La Selysienne [?]
  • Un nom pour l’organe de communication : Lettre à Selys [?]
  • Principes des adhésions participatives
  • Les membres fondateurs
  • Carte de membre [?]
  • Qui veut participer au secrétariat ?
  • Siège de l’association
  • Questions diverses

Lundi 9 novembre 2020 de 9h00 à 10h00

Lieu : Salon virtuel de La Selysienne

Leucorrhinia pectoralis (de Charpentier, 1825)

Leucorrhine à gros thorax

© Laurent Valette

C’est de Selys Longchamps (1850) qui publie clairement la première mention en France, notamment de Bondy et Fontainebleau en région parisienne, néanmoins il est très probable que de Villers (1789) fasse déjà référence à cette espèce lorsqu’il parle de Libellula rubicunda dans la région lyonnaise.

Signalée sous Libellula rubicunda, cette espèce n’est pas rare vers Lyon (de Villers 1789). Elle est précisée vers Bondy et Fontainebleau en région parisienne, nord du pays (de Selys Longchamps 1850). Elle habite le nord et l’est de la France, ainsi que les Landes. Elle descendait jusque dans la Drôme d’où elle a disparu. Manque en Corse. C’est une espèce en limite occidentale de répartition en France. Si elle semble stable en Aquitaine, dans les Vosges ou le Jura, elle est fragile dans d’autres zones (Moncorps & Siblet 2017).

Espèce eurosibérienne, aussi dite ouest-sibérienne. La Leucorrhine à gros thorax se trouve principalement en Europe centrale et septentrionale. Elle est plus éparse en Europe occidentale, notamment en France où elle est localement en déclin (Deliry 2017).

Cartographie Odonatologie française (2019) – ©© byncsa – Cyrille Deliry
Sources – INPN (2019), Faune France (2019), Société française d’Odonatologie (2006), Dommanget (1987)
En bleu se trouvent les départements simplement visités (erratisme, voire mini invasions)

Libellules en Poitou Charentes

Nouvelle Aquitaine

CharenteCharente MaritimeDeux SèvresVienne

Poitou-Charentes Nature

Les Odonates sont l’objet dans cette région d’un très important travail des structures locales : Charente-Nature, Ligue de Protection des Oiseaux, Deux-Sèvres Nature Environnement, Vienne Nature. En conséquence si un Atlas départementale pour la Charente-Maritime est disponible (Jourde 2005), c’est un Atlas régional qui a été publié à la fin des années 2000 (Précigout & al. 2009). Il a été précédé par l’édition d’une Liste Rouge régionale (Cotrel & al. 2007).

La déclinaison régionale du Plan National Odonates a été rédigée relativement tardivement (Précigout 2013). Pendant une période transitoire le PNAO continue d’être développé notamment en 2019.

On trouve outre les remarquables stations à Lestes macrostigma en Charente-Maritime, le site notable pour l’odonatologie française à la RN du Pinail dans la Vienne. On trouve sur cette localité remarquable Coenagrioon mercuriale, Gomphus graslinii, Leucorrhinia pectoralis et Leucorrhinia caudalis, des espèces pour partie suivies et connues de longue date.

Références

  • Jourde P. 2005 – Les Libellules de Charente-Maritime. Bilan de sept années de prospecton et d’étude des Odonates : 1999-2005. – Ann. Soc. Sci. Nat. Charente-Maritime, suppl. décembre 2005 : 144 pp.
  • Cotrel N. & al. (réd.) 2007 – Liste des Libellules menacées du Poitou-Charentes. Statut de conservation des Odonates et priorités d’actions. – Poitou-Charentes Nature, Fontaine-le-Comte : 48 pp.
  • Précigout L. & al. 2009 – Libellules de Poitou-Charentes. – Poitou-Charentes Nature : 256 pp.
  • Précigout L. (dir.) 2013 Plan national d’actions en faveur des Odonates : Déclinaison Poitou-Charentes (2013-2017). – Document : 112 pp. – PDF LINK
  • Lartigau M. (coord.) 2018 – Suivi 2017 des mares de compensation en Poitou-Charentes dans le cadre de la LGV SEA. – Collectif. – PDF LINK