Aeshna affinis (Vander Linden, 1820)

cf. Simaeschna affinis (Vander Linden, 1820)

Aeschne affine [olim], Aeschne voisine [de Selys Longchamps 1840], Aeschne parente [Deliry 2008]

LC 2018 (UICN) en augmentation

Europe et Asie jusqu’en Mongolie et en Chine. Tendances méditerranéennes, des individus migrateurs remontent en Europe centrale. En expansion depuis les années 1990. Milieux temporaires de plaine, en reproduction jusqu’à 1325 m dans les Hautes-Alpes et indiquée jusqu’à 1600 m dans les Pyrénées. Vole de mai à début novembre. Développement larvaire rapide bouclé sur un an, les œufs n’éclosent que le printemps suivant la ponte. Espèce aux tendances grégaires (roosting). La ponte en tandem est une originalité chez une Aeschne (européenne) (Deliry 2017).

Durance vers Aix en Provence, plus rare qu’Aeshna mixta (Boyer de Fonscolombe 1838), commune en Camargue (p.191) et à Hyères (Rambur 1842), Bondy vers Paris, Montpellier (de Selys Longchamps 1850). Ensemble du pays avec tendances méridionales et lacunaire par endroits ; présente en Corse.

  • Boyer de Fonscolombe E.L. 1838 – Monographie des Libellulines des environs d’Aix. Deuxième et troisième parties – Annales Société Entomologique France, 7 : 75-106 + 547-575.
  • de Selys Longchamps E. 1840 – Enumération des Libellulidées de Belgique. – Bull. Ac. r. Bruxelles, Sér. 1 (7) : 31-43.
  • de Selys Longchamps E. 1850 – Revue des Odonates ou Libellules d’Europe. – Bruxelles, Paris.
  • Deliry C. 2017 – Odonata Europaea. – Histoires Naturelles nº49.
  • Vander Linden P.L. 1820 – Aeshnae Bononienses. – Typographiae Annesii de Nobilibus, Bononiae.

Constat de disparition de Coenagrion pulchellum des Deux-Sèvres

©© bysa – Gilles San Martin – Wikimedia commons
Répartition départementale
Extrait du PRAO

On apprend dans la Lettre d’info hebdomadaire n°20 du 11 décembre 2020, éditée par Deux-Sèvres Nature Environnement que Coenagrion pulchellum a probablement disparu du département. Des recherches poussées ont été menées sur ses stations historiques et dans les habitats les plus favorables, sans succès. Cette espèce était notamment connue sur les étangs de la forêt de l’Absie.

Cette Libellule est classée En Grave Danger (CR 2018) en Poitou-Charentes.

Odonates de la forêt de Lokoli au Bénin

Tchibozo S. & al. 2008 – Première évaluation de la biodiversité des Odonates, des Cétoines et des Rhopalocères de la forêt marécageuse de Lokoli, au sud du Bénin. – Bull. de la Soc. entom. de France, 113 (4) ; 497-509. – PDF

Résumé
La forêt marécageuse de Lokoli a été prospectée en 2006 pour établir un premier inventaire des Odonates, Coleopteres Cetoniidae et Lepidoptères Rhopalocères : sur 24 espèces d’Odonates recensées, 13 sont nouvelles pour le Bénin, parmi lesquelles Oxythemis phoenicosceles Ris, espèce rare, et Ceriagrion citrinum Campion, classée comme vulnérable sur la liste rouge de l’UICN et justifiant à elle seule la protection du site. Douze espèces de Cétoines ont été recensées, pour la plupart typiquement forestières ; Cyprolais aurata (Westwood) s’avère être une espèce typique de forêt inondée et Grammopyga cincta Kolbe n’est connue au Bénin que de Lokoli et de la vallée de l’Ouémé ; sur 75 espèces de Rhopalocères, 28 sont nouvelles pour le Bénin et 9 seulement sont strictement inféodées à des milieux forestiers. Eurema hapale Mabille, Eurema desjardinsii regularis Butler et Acraea encedana Pierre, espèces peu communes, sont inféodées aux milieux humides. La forêt marécageuse de Lokoli, unique au Bénin sur le plan écologique et contribuant à la biodiversité régionale, devrait impérativement être élevée au statut de réserve naturelle.


Abstract
The Lokoli swamp forest was surveyed in 2006 to establish a first inventory of Odonates, Coleopteres Cetoniidae and Lepidoptera Rhopalocera: out of 24 Odonate species inventoried, 13 are new to Benin, including Oxythemis phoenicosceles Ris, a rare species, and Ceriagrion citrinum Campion, classified as vulnerable on the IUCN Red List and alone justifying the protection of the site. Twelve species of Cétoines have been recorded, most of them typically forest species; Cyprolais aurata (Westwood) proves to be a typical species of flooded forest and Grammopyga cincta Kolbe is only known in Benin from Lokoli and the Ouémé valley; out of 75 species of Rhopalocera, 28 are new to Benin and only 9 are strictly forest-dwelling. Eurema hapale Mabille, Eurema desjardinsii regularis Butler and Acraea encedana Pierre, uncommon species, are inferred from wetlands. The Lokoli swamp forest, which is ecologically unique in Benin and contributes to regional biodiversity, should imperatively be elevated to the status of a nature reserve.

Le baron Edmond de Selys Longchamps (1813-1900)

Naturaliste et politicien, le baron Edmond de Selys Longchamps est né d’une famille noble belge, à Paris le 25 mai 1813 et mort le 11 décembre 1900 à Liège, âgé de 87 ans. C’est le plus grand spécialiste des Odonates de tous les temps. Hors synonymes, il a décrit près de 900 espèces, soit plus de la moitié des Libellules connues à son époque et encore près de 15% des espèces actuellement signalées. Ses collections couvrent près de 1500 espèces d’Odonates et ne seront finalement étudiées en « totalité » qu’après sa mort, notamment par Friedrich Ris ou René Martin.

Il n’a que 11 ans lorsque son goût pour les collections naturalistes débute et qu’il entame un Journal personnel qu’il rédigera jusqu’à sa mort. Il n’a que 16 ans lorsqu’il rédige un Catalogue des Oiseaux des environs de Liège. Il est nouveau membre de la Société de sciences naturelles de Liège en 1829. Âgé de 18 ans, il publie en 1831 ses premiers travaux sur les Libellules de Belgique. En 1840 il rédige une Monographie des Libellulidées d’Europe qui sera complétée en 1850 sous le nom de Revue des Odonates d’Europe. Aussi Ornithologue assidu, il fait paraître près de 50 publications sur les Oiseaux et assemble plus de 3000 spécimens dans ses collections. Il s’est intéressé aux Mammifères, aux Orthoptères et divers autres domaines de la faune, voire de la flore. En terme d’odonatologie il publiera de nombreux Synopsis ou synthèses sur différents groupes systématiques de Libellules du Monde, de 1853 à 1886, ainsi que divers ouvrages sur ces Insectes de différents endroits du Monde jusque vers 1900. Trois ans avant son décès le baron de Selys Longchamps présente un ouvrage rendant compte de la dégradation de la nature : Le déclin d’une faunule.

Ses travaux fonctionnent en « poupées russes » dont il élargit la teneur au cours de sa vie : Liège en Belgique, en Europe et dans le Monde. Le prix Edmond de Selys Longchamps est attribué depuis 1901 par l’Académie royale de Belgique à des travaux sur la faune belge actuelle ou fossile.

Portrait réalisé en 1881

Voir aussi Wasscher & Dumont (2013) – PDF LINK

Macromia splendens dans le département du Gard

Cliquez pour voir la carte à jour

Sur la lancée du projet d’inventaire des Libellules du Gard lancé par l’association Gard Nature en 2003, nous avons proposé, fin 2009, un point de synthèse sur les connaissances disponibles sur l’espèce à enjeu patrimonial Macromia splendens. Bien que les connaissances aient évolué depuis, notamment dans les Cévennes avec un travail important entrepris par le Syndicat de la Vallée du Galeizon, devenu Syndicat Mixte des Hautes Vallées Cévenoles, animateur Natura 2000 de ce secteur, ainsi que par d’autres inventaires localisés mais dont les résultats ne sont pas toujours partagés, il nous semble intéressant de diffuser ce travail plus ancien.

Hentz J.L. & Bernier C. 2009 – Macromia splendens, une libellule remarquable dans le département du Gard. Synthèse des connaissances. – Gard Nature. ONLINE [Bas de page]