Aeshna caerulea (Ström, 1783)


Aeshna, Aeshna caerulea, Espèces de France métropolitaine, Haute Savoie / samedi, août 8th, 2020

Aeschne azurée [olim]

LC 2009 Biosphère – VU 2009 Bassin méditerranéen – Menacée localement 1988 Europe – VU 2016 (CR 2009, Excessivement localisée 1987) France

Espèce boréo-alpine Paléarctique. Se trouve dans le nord de l’Eurasie ainsi que dans certaines montagnes de l’Europe et de l’Asie centrale. Sauf quelques déclins locaux, en particulier dans le centre de l’Europe, cette espèce est répandue dans les régions arctiques de l’Eurasie (Clausnitzer 2009). De découverte relativement récente en France, Haute Savoie (Grand 1995). Disparue du Danemark où elle était décrite par Müller (1764).

Elle vit dans les Alpes sur des bas-marais acidophiles d’altitude en eau oligotrophe ou dystrophe, de dimension plutôt réduite en France. Bien que notée dès 1700 m d’altitude en Haute-Savoie, elle tends à préférer la partie haute de sa cote maximale qui est de 2200 m. Elle vole surtout à proximité des habitats larvaires dont elle ne s’éloigne guère et on suppose que leurs capacités de dispersion est faible. Aussi l’extinction d’une population isolée ne sera pas facilement recolonisée. Caractéristique des marais et tourbières d’altitudes (Liste Verte du Sud-Est de la France).

Bien qu’il n’y avait pas ou guère de mentions de reproduction connues en Haute-savoie à l’époque, Dupont (2010) annonce une période d’émergence pour la France allant de la fin du mois de juin au mois de septembre. Globalement on l’observe essentiellement au cœur de l’été : de fin juillet à fin août, mais elle vole de (fin juin) fin juillet à mi septembre (début octobre). En Ecosse l’espèce est notée dès la fin mai, mais la saison se termine généralement en août. En Suisse les premières émergences ont été observées le 10 juin et la période de celles-ci se poursuit jusqu’au début du mois d’août. Pour une station donnée, les émergences sont synchrones. La phase de maturation dure de 2 à trois semaines. Le pic de ponte s’observe au mois d’août. Le développement larvaire dure de 3 à 5 ans en fonction des conditions climatiques (Dupont 2010).

PNAO (2011-2015) – Elle n’est présente que sur quelques sites de Haute-Savoie (Grand & Boudot 2006). Ancienne mention en Auvergne non confirmée : mentionnée par Aguesse en 1964 à la Tourbière de Boudouze (Aguesse 1968, Guillemot & al. 2016, Deliry 2017), localité où l’espèce n’a pas été retrouvée (Francez & Brunhes 1983). En France, elle n’est présente que sur quelques sites de Haute Savoie (Grand & Boudot 2006). Découverte à Vallorcine (Haute Savoie) le 19 août 1994 par D.Grand (Grand 1995). Si l’espèce a été indiquée dans les années 1990 sur le Massif du Mont Blanc, les mentions sur le Haut Giffre entamées en 2000 (Deliry 2014) se poursuivent. Une mention au Marais de Lavours en 1988 est désormais considérée comme incertaine. Des mentions supplémentaires sont incertaines et concernent le Semnoz (Haute Savoie), la Savoie (Tourbière des Creusates ; mention a priori réfutée) et l’Isère (Massif du Taillefer).

©© byncsa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles

Provence Alpes Côte-d’Azur – A noter un individu incertain le 17 août 1997 au Col de Vars (Alpes de Haute Provence / Hautes Alpes).

Rhône-Alpes CR 2013 [A actualiser] (EN 2006, NE 1997). Connue sur 4 communes de Haute Savoie [2013, 2015], elle est très rare (0,2% des communes de la région).

  • Ain – Douteuse (DD 2003). L’indication du 24 juin 1988 au Marais de Lavours (Ain) par J.Brunhes, n’est pas retenue par les auteurs.
  • Isère – Incertaine.
  • Savoie – Incertaine.
  • Haute savoie CR 2013 (DD 1997).
Districts naturels occupés (jaune) et douteux ou à confirmer (rose) – ©© byncsa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles
©© bync – P.Juliand – Haute Savoie le 7 août 2006 – Monde des Insectes

Références

  • Aguesse P. 1968 – Les Odonates de l’Europe occidentale, du nord de l’Afrique et des Iles Atlantiques. – Faune de l’Europe et du Bassin méditerranéen, vol.6, Paris : 258 pp.
  • Clausnitzer V. 2009 – Aeshna caerulea. – IUCN Red List of Threatened Species. Version 2013.2.
  • Cornuet J.F. & Desmet J.F. 2006 – Les observations d’Aeshna caerulea en Haute-Savoie prises en compte dans la Monographie. – GRIFEM, janvier 2006 : 10 pp.
  • Deliry C. 2014 – Faune et Faune très rare des Zones Humides de la région Rhône-Alpes. – Histoires Naturelles n°31 (1ère édition 2008).
  • Deliry C. 2017 – Odonata Europaea. – Histoires Naturelles, n°49.
  • Dupont P. (coord.) 2010 – Plan national d’action en faveur des Odonates 2011-2015. – Opie/SfO, Min. de l’Ecologie : 170 pp. – PDF LINK
  • Francez A.J. & Brunhes J. 1983 – Odonates des tourbières d’Auvergne (Massif Central Français) et répartition en France des odonates d’altitude. – Notul. Odonatol., 1 (2) : 1-8.
  • Grand D. 1995 – Premières rencontres avec Aeshna caerulea (Ström, 1783) dans les Alpes françaises (Odonata, Anisoptera, Libellulidae). – Martinia, 11 (1) : 3-6.
  • Guillemot A. & al. 2016 – À la recherche d’Aeshna caerulea sur la réserve naturelle nationale de Passy (Odonata : Aeshnidae). – Fichier Biolovision. – PDF LINK
  • Guillemot A. & Krieg-Jacquier R. 2018 – Aeshna caerulea en France, une espèce en limite d’aire et menacée par le changement climatique (Odonata : Aeshnidae). – Bourgogne-Franche-Comté Nature, 28.